Institut du BON SAUVEUR
logo imprimer

Institut du BON SAUVEUR

L’Institut du Bon-Sauveur a une double origine : Saint-Lo (1712) avec Elisabeth de Surville et Caen (1732) avec Anne Le Roy. La communauté de Caen fut réorganisée après la Révolution française avec l’aide du bienheureux Pierre François Jamet.

En 1707, à Saint Lo, des jeunes filles s’assemblent chaque jour autour d’ Elisabeth de Surville pour des exercices de piété et « pour le soulagement des pauvres et particulièrement des malades ». Une communauté se constitue. Le 29 septembre 1712 marque la naissance officielle de la communauté des « sœurs associées pour les petites écoles » mais les sœurs furent très vite appelées « sœurs du Bon Sauveur »

Elisabeth de Surville n’aura pas le temps de développer la communauté naissante. Elle meurt à 36 ans en mars 1718.

Anne Leroy, née en 1692 à Caen, fut accueillie à la communauté de Saint Lo par Elisabeth de Surville. Elle y commença sa formation religieuse mais malade elle retourne à Caen. C’est quelques années plus tard, qu’ un embryon de communauté se constitue autour d’elle dans le quartier de Vaucelles. En 1732, à la naissance officielle de la communauté des liens de communion spirituelle sont clairement affirmés entre les deux communautés. A Saint-Lo comme à Caen le travail ne manque pas : soin des malades, instruction des enfants pauvres…

A la révolution française 25 sœurs de Saint-Lo sont emprisonnées et ne doivent la vie sauve qu’à la chute de Robespierre. A Caen, les sœurs sont dispersées en plusieurs groupes dans et autour de Caen.

Après la Révolution, les communautés se reconstituent. Les sœurs de Caen seront très secondées par leur aumônier : le père Pierre François Jamet (1762-1845) qu’elles considéreront comme leur second fondateur . Il encouragea les sœurs dans le développement des œuvres : aliénés, enfants sourds. Il sera un soutien spirituel très sûr. De la communauté de Caen d’autres communautés vont naître dès le 19éme siècle (Albi, Bégard, Picauville etc..) qui resteront sous la dépendance de la maison mère. La fusion entre la congrégation du Bon Sauveur de Saint Lo et la congrégation du Bon Sauveur de Caen se fera en 1961.

En 1960, des 5 religieuses européennes sont parties à Madagascar. En juillet 2011, 5 sœurs malgaches sont parties à leur tour en Mission à Ippy en République centrafricaine.

Par ses origines et ses traditions, la Congrégation se rattache à l’ « Ecole Française » de spiritualité. La contemplation de Dieu dans son mystère trinitaire, l’union au Christ Sauveur en marque depuis les origines la spiritualité « centrée sur le Christ Sauveur et par Lui, avec Lui et en Lui, toute entière orientée vers le Père dans le dynamisme de l’Esprit » (Règle de vie n° 6)

« Appelées à nous laisser transfigurer afin de réfléchir parmi les hommes la gloire de Dieu » (Règle de vie n°11), nous croyons à la transfiguration possible de chaque personne aussi blessée soit elle ; nous voulons dire par toute notre vie que la création toute entière est appelée à vivre la transfiguration. La contemplation du mystère trinitaire nous incite à devenir des femmes de communion.

Religieuses de vie apostolique, nous sommes tout particulièrement attentives au monde des jeunes, aux personnes handicapées, aux personnes blessées dans leur psychisme et aux personnes âgées. A Madagascar, des sœurs sont en outre engagées dans le développement rural et la promotion féminine. Même à l’âge de la retraite, la Mission n’est pas terminée et chacune est engagée selon ses possibilités et en réponse à des appels de l’Eglise.

Maison généralice à Bretteville sur Odon

Aujourd’hui : LES Sœurs missionnaires de l’Evangile

le 4 septembre 2014 les déléguées de quatre congrégations religieuses dont la congrégation des sœurs du Bon Sauveur ont signé l’acte de fondation d’une nouvelle congrégation, celle des Sœurs Missionnaires de l’Evangile.

Il s’agit d’une union entre quatre congrégations fondatrices : les sœurs du Bon Sauveur, de la Charité Sainte Marie (Angers), de la Sainte Famille de Grillaud (Nantes), de Saint Charles (Angers). Elles n’ont plus aujourd’hui d’existence canonique, elles se sont unies pour donner naissance à une nouvelle congrégation sans qu’aucune d’entre elles n’ait prédominance sur les trois autres. Cette fondation a résulté d’une mûre et patiente réflexion menée depuis plusieurs années.

Avec des racines de plus de trois cent ans, la jeune congrégation des Sœurs Missionnaires de l’Evangile est aujourd’hui riche d’environ 400 membres répartis sur 9 pays et représentant 11 nationalités.

A la suite des fondatrices et fondateurs des congrégations d’origine qui ont su donner des réponses évangéliques aux besoins de leur temps, l’union des quatre congrégations permettra, en mutualisant les forces, de répondre avec un plus grand dynamisme à de nouveaux appels missionnaires de l’Eglise, au cœur du monde.

Dans lettre du premier décembre 2013 annonçant l’année de la vie consacrée, le pape François demandait aux personnes consacrées de : « Faire mémoire du passé avec gratitude… Vivre le présent avec passion…Embrasser l’avenir avec espérance ». C’est ce défi que veulent relever les Sœurs Missionnaires de l’Evangile.

Quelques dates



Actus

Proposition paroissiale : Spectacle JESUS

Samedi 27 janvier :

Spectacle JESUS de Pascal Obispo, à Nantes.

La (...)

Denier de l’église

Merci à vous qui apportez votre soutien à notre église diocésaine par votre (...)

Stage liturgique pour les jeunes

Stage liturgique pour les jeunes de 11 à 17 ans

pour le service de la (...)

SOIREE DE PRIERES ET DE LOUANGES,

SOIREE DE PRIERES ET DE LOUANGES,

animée par les jeunes de l’aumônerie et (...)

Dans la même rubrique

LA VIE RELIGIEUSE
le 16 juillet 2017

Saint du jour



pucePlan du site puceContact puceEspace rédacteurs puce Mentions légales



2016-2017 © Les paroisses catholiques de saint lo - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.17